mardi 10 septembre 2013

AWEC2013 : jour 1

L'AWEC 2013 est la cinquième Airborne Wind Energy Conference (conférence sur l'énergie éolienne aéroportée). Elle a lieu cette année à Berlin du 9 au 11 Septembre 2013. 180 personnes du monde entier sont attendues.

Je suis arrivé à Tempelhof, l'aéroport situé au sud de Berlin, fameux pour le pont aérien lors du blocus de Berlin de 1948. Nous étions chanceux car la pluie annoncée dans l'après-midi était passée le matin. Le vent annoncé faiblissant était lui au plus fort de la journée. En arrivant, j'ai rencontré un petit groupe de 3 personnes qui correspondaient bien à l'image que j'avais de personnes allant à cette conférence : veste de marin, petite mallette à la main. De loin, nous pouvions déjà apercevoir l'énorme aile de Skysails gonflée sur le sol au milieu du champ aérien.
J'ai ainsi commencé par discuté avec Gian Mauro et Marco de KiteEnergy. Ils sont basés à Turin, où il n'y a pas beaucoup de vent. Ils ont vu que les conditions de tests biaisais le design lorsqu'ils ont essayé ailleurs. Ils se sont séparés de KiteGen suite à une discordance sur la stratégie. KiteEnergy désirant testé des prototypes de plus en plus grand, KiteGen souhaitant développé tout de suite un prototype à l'échelle de la production.

Je suis ensuite tombé sur Rod Redd par hasard. Il fait toutes sortes de métier et continue à s'intéresser à l'énergie aérienne autoporté en tant qu'hobby. Il présentait un "ribbon" couplé avec un petit générateur. Une difficulté est que la charge s'adapte au vent, sinon, il n'y a plus de mouvements du tout et plus de puissance.

J'ai rencontré le français Pierre Benhaiem qui présentait son petit modèle d'éolienne s'accrochant sur les lignes d'un cerf-volant à deux fils. Des LEDS sont alimentées par la petite éolienne. Il utilisait un petit cerf-volant du commerce. Ce démonstrateur permet de visualiser l'augmentation de la puissance en vol dynamique comparé au vol statique. Il m'a plus ou moins présenté à Guido (mais pas l'organisateur de l'évènement), qui parlait assez bien français (j'ai rencontré sa femme, française plus tard).

De plus près, j'ai pu mieux apprécier la taille de l'aile sky sails. Le plus impressionnant est son épaisseur de plus d'1m. L'aile était retenue au sol par des sardines, bord de fuite au vent.

La démonstration d'Enerkite a ensuite démarré. J'ai malheureusement raté le décollage (qui s'est fait ligne partiellement déroulé si j'ai bien compris). Si le système est doté d'un joystick (qui était seul utilisable lors de la démo il y a deux ans), le système est capable de voler en faisant des figures de 8 de manière automatique. Le système de type yoyo  ou reel in/reel out est composé d'une plateforme avec un axe vertical fixé sur le toît d'un camion. Sur cette plateforme sont montées trois grosses bobines. La plus grande sert pour la ligne du milieu, les deux autres pour deux lignes qui assurent le contrôle. Des cales permettent au camion d'être bien à l'horizontal. Le camion n'est pas attaché au sol. Il bouge un peu des fois. Sur le côté du camion un écran présentait la consommation ou la production instantanée d'électricité ainsi que l'énergie produite depuis un certain temps.

Le système est resté en l'air une ou deux heures sans aucun problème. Contrairement à ce que je pensais, les phases de reel in/out ne sont pas complètement séparées car elles sont en fait très courtes. Depuis la terre, la longueur des lignes ne parait presque pas varier.
Pour l'anecdote, ils voulaient décaler la démo ce matin a cause de la météo annoncée

J'ai discuté avec des suisses. L'un fait un projet de master théorique à l'ETH de Zurich. L'autre, Dino, faisait partie d'une jeune compagnie créé afin de récolter des fonds pour continuer un projet de recherche universitaire (au sein de Swiss Power Kite)

Nous avons ensuite eu une présentation vidéo de NTS qui a un prototype d'un chariot tiré par un cerf-volant sur un rail. C'est la rotation des roues qui produit l'énergie.


J'ai ensuite discuté avec Jonathan Dumont du GIPSA, laboratoire d'automatique à Grenoble. il est venu avec un collègue et deux doctorants.

Le soir une réception était organisé au Panorama Café, au sommet d'une tour Postdamer Platz. En arrivant, j'ai rencontré dans la queue un investisseur dans le domaine aérien, qui ne participait pas à la conférence et était là par hasard. Je lui ai fait une petite présentation du secteur. Je n'ai malheureusement pas gardé son contact!

J'ai rencontré Christian HIEMENZ, consultant en production dans l'industrie et qui avait géré les autorisations de vol pour la journée.

J'ai rencontré une personne de KU Louvain (Mark) qui travaille sur un système de carroussel (sorte de centrifugeuse permettant de lancer un cerf-volant même s'il n'y a pas de vent).

J'ai rencontré deux portugais (Rei FERNANDES et Pedro SILVA d'Omnidea) qui ont un protoype à effet magnus supporté par un ballon d hélium dans le vent faible et faisant le yoyo autrement.

J'ai rencontré Andrew de Windlift, une entreprise américaine sponsorisé par l'armée pour faire un système facilement déployable. Ils ont un prototype de 10kW

J'ai rencontré Matteo qui fait un master en Afrique du Sud et développe un petit système.

En conclusion de cette première journée, je peux confirmer que différents projets marchent actuellement et produisent de l'électricité. La plupart d'entre eux sont dans une phase d'augmentation de la puissance afin d'attirer les investisseurs du marché de l'énergie. Le problème du décollage/atterrissage automatique reste un chalenge pour bon nombre.

J'ai rencontré Gérard, un suisse qui travaillait auparavant pour Google à Zurich, et qui cherche actuellement à proposer ses services en consultant. Il travaille également sur un système d'assistance pour éviter les collisions pour les planeurs (équivalent à l'AIS des bateaux). Il pense également à utiliser ce système pour mettre plus de cerfs-volants dans une surface au sol plus petite.

J'ai rencontré Udo ZILLMANN qui est avocat mais investit également son argent (et l'argent des autres) dans ces technologies (Enerkite et Ampyx). Je pense qu'il cherche un groupe industriel pour supporter techniquement et financièrement les développements qui sont maintenant principalement du domaine de l'électronique de puissance (switch, ...) pour augmenter la puissance.

J'ai rencontré Stephan BRABECKqui travaille pour Skysails depuis 2005 ainsi que son équipe (dont Falko FRITZ). Ils ne ciblent pas tellement les porte-conteneurs mais toujours les cargos. Actuellement, ils n'ont pas d'opportunité dans ce domaine mais se tourne vers le secteur de l'énergie où il y a plus d'investissements actuellement, ou vers des systèmes de monitoring pour les navires. Leur technologie, notamment du fait des actionneurs embarquées semble couteuse et d'après eux difficilement "downgradable".
Ils ont été plutôt sympa et m'ont donné quelques contacts : Pascal BRAUD, de Marseille qui serait maintenant en Nouvelle-Zélande. Il développerait un système de sauvetage à partir de cerfs-volants pour l'oracle race. Ou encore George DADD qui travaille également pour le projet Vestas sail rocket.

J'ai rencontré un finlandais (Llpo SUOMINEN d'Alula Energy) qui a la prétention d'être leader dans le domaine du décollage/atterissage. Je n'ai pas tout à fait compris leur technologie, mais je trouve intéressant le concept de séparer le marché en différents segments (une entreprise fait le kite, une autre le soft, une le sytème de lancement, etc...)

J'ai ensuite dîner avec Gérard, Udo, et Alexander Bormann, le boss d'Enerkite

On reprend demain à 8h30, donc je ne vais pas tardé à aller me coucher.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire